Les démarches pour éviter la saisie immobilière

Vous rencontrez des difficultés financières.

A ce stade, vous avez dû recevoir une ou plusieurs lettres de relance avec mise en demeure de votre banque. Vous devez agir rapidement pour ne pas laisser la situation se dégrader. Prenez contact avec votre banquier pour lui expliquer les raisons du retard dans le règlement dans vos échéances et tentez de trouver une solution avec lui. Notez qu’un rendez vous en tête à tête ne suffit pas et qu’il est conseillé de mettre par écrit vos explications et propositions pour rattraper votre retard. Envoyez cette lettre en recommandé avec accusé de réception au service contentieux de votre banque ainsi qu’à votre chef d’agence.

Vous venez de recevoir un commandement de payer.

Il s’agit de l’acte d’huissier qui vous est remis en personne ou à votre domicile. Il vaut procès–verbal de saisie et comprend des mentions obligatoires. L’absence de l’une de ces mentions, qui sont visées à l’article R.321-3 du Code des procédures civiles d’exécution, peut vous permettre de demander la nullité de ce commandement. Sans exhaustivité, on peut citer :

  • la désignation de l’avocat qui représentera le créancier à la procédure,
  •  l’indication de la date et de la nature du titre exécutoire en vertu duquel le commandement est délivré,
  •  le décompte des sommes réclamées en principal, frais et intérêts échus ainsi que l’indication du taux des intérêts moratoires,
  •  l’indication, si le débiteur est une personne physique, que s’il s’estime en situation de surendettement, il a la faculté de saisir la commission de surendettement des particuliers instituée par l’article L. 331-1 du Code de la consommation.
  • le commandement doit être dénoncé au conjoint si le bien immobilier saisi appartient en propre à l’autre conjoint et qu’il constitue la résidence familiale,
  • Dans les deux mois de la délivrance au débiteur, le commandement doit être publié au service de la publicité foncière

 Vous venez de recevoir l’assignation à l’audience d’orientation.

Cette assignation doit vous être délivrée dans un délai de deux mois à compter de la réception du commandement de payer sous peine de nullité et doit également comporter un certain formalisme. L’audience d’assignation ne peut, par exemple, être comprise qu’entre un et trois mois à compter de sa délivrance et le créancier ne dispose que de cinq jours pour déposer le cahier des conditions de vente (article article R. 322-10 du Code des procédures civiles d’exécution) à partir de la date d’assignation.

L’audience d’orientation devant le juge de l’exécution est fixée.

A ce stade, le juge de l’exécution doit déterminer le sort de votre bien immobilier. En cas de décision de saisie immobilière avec vente aux enchères, vous disposerez d’un délai de quinze jours pour faire appel. Passé ce délai, votre bien sera présenté lors de l’audience de vente forcée. Vous aurez alors définitivement perdu votre bien.

La demande de vente amiable.

La saisie immobilière de votre bien avec vente aux enchères n’est néanmoins pas systématique puisque vous avez la faculté de demander, en principe lors de l’audience d’orientation, une vente amiable. Cette demande peut être présentée au préalable au juge afin d’être jugée avant la signification de l’assignation à l’audience d’orientation par le créancier.

La vente amiable produit les effets d’une vente volontaire et est enregistrée devant notaire.

Après avoir accepté la demande, le juge de l’exécution fixe le prix minimum de vente du bien saisi ainsi que la date de l’audience à laquelle l’affaire sera rappelée. Cette audience, qui se tiendra dans un délai de quatre mois maximum, permettra de vérifier la réalisation de la vente ou de fixer un délai supplémentaire de trois mois, sur demande du créancier, pour laisser le temps au notaire de formaliser la conclusion d’un acte authentique de vente en cours de réalisation. La production d’un justificatif tel qu’un compromis de vente signé sera au préalable à fournir lors de cette demande.

La conséquence principale de l’obtention de la vente amiable est la suspension immédiate du cours de la procédure d’exécution forcée sans toutefois suspendre le délai imparti aux créanciers pour déclarer leur créance.

Lors de la réalisation de l’acte authentique de vente, le notaire se chargera de purger les créances et frais ainsi que de faire radier les inscriptions hypothécaires correspondantes.

C’est dans ce cadre que peut intervenir StayHome et sa solution de Portage immobilier. StayHome vous permettra de trouver un Porteur qui acceptera de vous conserver comme locataire et de vous revendre le bien dans un second temps.

Bien entendu, vous ne devez pas attendre d’en arriver à l’audience d’orientation pour faire appel à nous. En effet, rien n’oblige le juge de l’exécution à vous accorder la vente amiable de votre bien. Pour obtenir cette accord, il vous faudra lui apporter la preuve que vous êtes dans une démarche de vente en lui produisant par exemple un ou plusieurs mandats de vente ou mieux encore un compromis de vente.